Jouissement de femme, les femmes simulent ?

Jouissement de femme, les femmes simulent ?

Une simulation pas dramatique

En effet, on peut assurément dire que simuler l’orgasme n’est pas dramatique en soi lorsque cela se déroule dans un couple. Mais il faut bien avouer cependant que certaines motivations sous-jacentes peuvent bien au contraire l’être. Mais on sait de nos jours qu’en France, d’après une étude sérieuse, qu’une femme sur quatre et qu’un homme sur vingt n’a en fait pas eue d’orgasme lors de leur dernier rapport sexuel. Cette enquête précisait alors qu’il arrivait à plus de la moitié des femmes de simuler l’orgasme assez rarement (25 %), parfois (24 %) ou souvent (7 %).

Quelles sont les raisons de simuler??

Il existe en fait six grandes raisons de simuler l’orgasme selon des études sur plusieurs années orchestrées par des sexologues habilités par l’envie de dresser une liste des raisons invoquées habituellement par les demoiselles pour simuler. Le jouissement de femme à ses raisons que la raison ignore.

Pour certaines femmes, simuler est une action qui fait tout simplement du bien physiquement et moralement. La simulation leur permet de se laisser prendre par l’excitation du moment, par l’amour ressenti et par le plaisir physique. Mais on a pu se rendre compte qu’une meuf sexi pouvait également adhérer à ce genre de pratique pour protéger son partenaire afin qu’il ne se sente par exemple pas trop maladroit ou encore pour ne pas le froisser après l’acte, voire le blesser pendant.

Mais ça peut-être aussi dans un but altruiste, histoire de lui faire plaisir et le rendre heureux, bref le faire se sentir bien après l‘amour. Une des pires raisons, surtout pour l’homme, est due au fait que cela pourrait se référer à un manque de concentration.

En effet, un rapport qui dure trop longtemps peut se montrer parfois déplaisant pour la demoiselle. D’où le besoin de parfois vouloir mettre un terme rapidement… C’est aussi un acte qui peut-être associé à de la manipulation ou au pouvoir tout simplement. On utilise le sexe comme un moyen d’obtenir d’autres choses du partenaire, dans l’esprit d’une manipulation. Mais on peut également jouer la carte égocentrique en appréciant se sentir supérieur à lui, en le trompant par exemple pour avoir le pouvoir. Il existe aussi le besoin de se sentir normal et surtout protégée.

En effet, pousser un bruit jouissement peut être lié à une certaine insécurité. Celle d’avoir peur de paraître anormal. Une crainte flagrante de s’imaginer que l’autre pense que l’on est un mauvais plan. Une occasion également d’éviter de se disputer avec son partenaire par peur qu’il se mette en colère ou pire encore… qu’il nous quitte. Mais il existe aussi un autre besoin qui passe par l’harmonie de couple. Une simulation d’orgasme peut tout à fait être à l’origine d’une manifestation de son amour.

Un réel besoin de se rassurer sur la bonne santé de son couple. C’est habituellement un besoin naturellement ressenti ici pour se sentir en fait bien plus proche émotionnellement de son partenaire.

Les femmes simulent

Un jouissement femme est à l’origine d’un acte bien souvent de bienveillance. Aussi étrange que cela puisse paraître, en effet les femmes qui simulent le font un peu plus souvent que les hommes. On a pu remarquer également que c’était les jeunes femmes qui sont plus enclines à simuler et qu’elles le font davantage par insécurité, manipulation ou encore connexion émotionnelle.

Mais, histoire de rassurer monsieur, il faut savoir que les femmes le font habituellement et le plus souvent pour leur partenaire étant donné que beaucoup d’hommes, ainsi que de femmes, restent persuadés que les jeux sont faits, que les cartes sont distribuées et que c’est forcément à l’homme de faire jouir sa partenaire.

Mais le plus surprenant dans tout cela, c’est qu’en réalité ce n’est pas le cas. Dans une relation équilibrée et ouverte, c’est en fait aux femmes de choisir et éventuellement de guider leur partenaire sur les gestes désirés. Une manière judicieuse pour elle d’en profiter encore plus en faisant le nécessaire pour augmenter leur propre excitation.